Modifier
Une famille sans histoire

Une famille sans histoire

Charlie Bregman

« Une histoire de famille absolument incroyable de surprises »

« Intrigue bien ficelée, suspens, et toujours une fine psychologie des personnages »

« Merci pour ce divin moment de lecture ! »

Jean-Paul est à la retraite. Il a de l’argent, mais il a perdu le sourire. Alors qu’il est en train de déjeuner avec sa femme, le téléphone se met à sonner.

Au bout du fil, c’est un revenant. Alain, son frère, avec qui il a coupé les ponts plus depuis 30 ans, s’est décidé à le contacter : en effet, il semblerait que leur père ait décidé de dilapider tout son argent.

Mais derrière les apparences, quelles vérités éclateront au grand jour ?

Quel lien existe-t-il entre tous ces couteaux retrouvés dans la cave du patriarche, et la maladie d’Alzheimer de sa femme ?

Histoire courte. 30 pages environ.

(Fait partie du livre "L'envers de nos vies")

Lire la suite
Genre : Littérature Langue : français
Sous-genre : Nouvelles Sortie : 30 janvier 2015
Collection : Nouvelles évasions

Revue de presse

Un petit goût de "la liste de mes envies" de Grégoire Delacourt

Dans ma boîte à mails - 20/01/2016

Avis d'André, un fidèle lecteur, suite lecture recueil "L'envers de nos vies" Plus d'information

Entre faux semblants, stratégies de rapprochement familial, de réconciliation, arrières pensées financières, l'auteur vise juste

Amazon.fr - 26/09/2015

Avis de Mickaël Platel, auteur et lecteur Kindle Plus d'information

Tous les articles de la revue de presse

Le plus difficile, dans la vieillesse, c’est de s’ennuyer de l'éloignement des autres, de leurs absences qui s’étirent, et de leur indifférence qui s’impose.

Georges

« À moins d’un kilomètre de là, Georges se lève de sa chaise pour rincer ses couverts avant de les glisser dans le lave-vaisselle. Il a bien mangé. Aujourd’hui, c’était steak au beurre avec petites rattes du jardin sautées à la poêle. Avant, son jardin en bas de l’immeuble était beaucoup plus grand, jusqu’à ce jour où la mairie avait donné son accord à cet affreux projet immobilier sur la parcelle voisine. Le chemin d’accès dessiné par l’architecte voulait le priver entièrement de sa surface à cultiver, mais Georges avait tenu bon. Il avait sorti son plus beau costume pour aller parler lui-même au maire, et il l’avait mis en garde : « Si c’est ma mort, que vous voulez, croyez-moi que votre prochaine élection, je vais m’en occuper, moi ! Nous, les vieux, on en connaît, du monde ! Et on a encore toute notre tête pour savoir pour qui il ne faut pas voter ! » Face à lui, le jeune maire avait aussitôt revu ses prétentions à la baisse. Certes, la voirie avait largement empiété sur ses rosiers, ses courgettes et ses plants de cassis et de groseille, mais après quelques réaménagements et concessions, sa passion pour l’art de cultiver soi-même ses légumes avait pu reprendre son cours en toute sérénité.

Une vie de retraité, c’est long, quand on est en bonne santé. Alors si on vous prive du seul moyen que vous avez pour vous occuper…

Georges tire la porte de son vaisselier. C’est dans cet endroit sec qu’il range la bouteille de beaujolais qu’il vient d’entamer. Le représentant qui lui en avait vendu trois caisses le mois précédent lui avait tout de suite paru sympathique. D’ailleurs, il lui avait promis de faire un crochet dans la région rien que pour lui, spécialement pour lui faire découvrir ses pâtés et foies gras traditionnels pour les fêtes. Et puis comme ils avaient bien accroché, tous les deux, il lui avait fait une remise de dix pour cent sur sa première commande. Oh ça, il le pouvait bien… Combien avait-il voulu lui faire payer, déjà ? L’équivalent de trente-neuf francs la bouteille ? Ah oui, trente-neuf francs. Comme si Georges n’était pas capable de faire face à un prix en euros et d’en effectuer lui-même la conversion avec sa petite calculette…

Au début, Georges avait hésité. Pas pour le vin, mais pour passer à l’acte. Il n’y a pas d’âge, pour changer sa perception des choses.

Alors Georges s’était amusé à faire un test, pour observer jusqu’où l’honnêteté du jeune homme était capable de tenir.

— Trente-neuf euros ? s’était-il extasié. Ce n’est vraiment pas cher !

Sa réponse, Georges n’avait pas tardé à l’avoir. Après un léger moment d’incrédulité à peine perceptible, le gars n’avait pas relevé le malentendu. Au contraire, il s’était empressé de lui rédiger son bon de réception de dix-huit bouteilles à trente-neuf euros pièce.

Un bon de réception. Sans la moindre mention du droit de rétractation qui s’applique aux ventes à domicile. Ah ah ! Ce n’était même pas légal !

Mais Georges avait joué le jeu jusqu’au bout. Il avait sorti son chéquier et rempli le montant en savourant tout son temps : six cent trente et un euros et quatre-vingts centimes avec la remise des dix pour cent.

631,80 €.

Pour trois misérables caisses de beaujolais, un montant pareil, ça ne s’oublie pas. »

Lire la suite

Le petit mot de l'auteur

"Une famille sans histoire" est l'une de mes nouvelles les plus abouties pour le moment, compte tenu du nombre de personnages, de leurs imbrications les uns avec les autres, et de la chute que le lecteur ne doit pas voir venir.
Pour moi, l'écriture a été ici un moment jouissif.
Peut-être parce qu'il y a toujours un peu de jubilation à jouer avec les mensonges et les secrets qui sont à la source des plus terribles histoires de famille...

Biographie

Charlie Bregman

Vous vous sentez hypersensible, en décalage par rapport aux autres ?

Vous détestez l’hypocrisie et les faux-semblants, vous êtes profondément honnête et vous avez un grand besoin d’exprimer certaines choses, mais sans savoir ni comment le faire ni avec qui ?

Rien ne vous fait plus bondir que l’injustice ?

Vous êtes doté(e) d’une forte empathie, vous ressentez les émotions des autres aussi intensément que s’il s’agissait des vôtres, votre intuition est évidente mais vous continuez à ne pas vouloir l’écouter ?

Vos amours sont intenses, sans calculs ni réserves, vous avez besoin de vous sentir surexcité(e) pour être heureux/se, de vous investir dans des causes nobles qui remettront un peu d’ordre dans ce fichu monde qui part en déconfiture ?

On vous perçoit comme quelqu’un de rêveur, idéaliste, perfectionniste ?

Vous avez souvent besoin de vous ressourcer dans un espace à vous, dans le calme et la solitude, parce que vous avez souvent l’impression de servir de robinet énergétique à tous ceux que vous croisez ?

Alors stop, faites une pause : il se pourrait bien que vous trouviez ici des livres qui vous donneront cette impression très déroutante d’avoir été tout spécialement écrits pour vous !

 

« Connu comme le loup blanc dans le milieu des indépendants, Charlie Bregman a publié plusieurs ouvrages pour guider les auteurs souhaitant se lancer dans l'auto-édition. Au delà de son activité de prophète du livre numérique, il est aussi l'auteur de romans et de nouvelles humanistes dans lesquels les émotions qui nous gouvernent mènent la danse. »

Présentation par Selma Bodwinger, Salon du Livre de Paris 2016.

-------------------------------------
D'autres choses à faire que d'attendre des nouvelles de Charlie ?
Exprimez-nous vos attentes et votre propre vision des choses grâce à ce formulaire :
https://goo.gl/DPdj3A

-------------------------------------

Un livre ne fournit que ses mots à lui.
Le cœur du message bat déjà en vous.

Lire la suite

Écrire à l'auteur

Vous devez être connecté(e) pour envoyer un message. Se connecter

track